prétention


prétention

prétention [ pretɑ̃sjɔ̃ ] n. f.
• 1489; du lat. prætentus, p. p. de prætendere
1Le fait de revendiquer qqch. en vertu d'un droit que l'on affirme, d'un privilège que l'on réclame. exigence, revendication. « Toute guerre naît d'une prétention commune à la même propriété » (Diderot). Prétention légitime. Démordre, rabattre de ses prétentions (cf. Mettre de l'eau dans son vin).
Spécialt, au plur. Exigence dans un contrat, un marché. condition. Les prétentions du vendeur. Souhait en matière de salaire, au moment de l'embauche. Quelles sont vos prétentions ?
2Le fait de revendiquer pour soi une qualité, un avantage, ou de se flatter d'obtenir un résultat. ambition, visée. « Les hommes ont de grandes prétentions et de petits projets » (Vauvenargues). Prétention à l'élégance, au dandysme. Avoir la prétention de. se piquer, prétendre. Je n'ai pas la prétention de tout connaître. Avoir des prétentions : avoir une attitude vaniteuse; prétendre obtenir des avantages que l'on ne mérite pas. Afficher des prétentions excessives, ridicules. Sans prétention(s), sans aucune prétention : très simple. Il est sans prétention. Une maison coquette, mais sans prétention (opposé à prétentieux) .
3Estime trop grande de soi-même qui pousse à des ambitions, des visées excessives. arrogance, fatuité, présomption, vanité. S'exprimer, parler, écrire avec prétention, prétentieusement. « il ajoutait la prétention à la sottise » (Henriot).
⊗ CONTR. Modestie, simplicité.

prétention nom féminin (latin médiéval praetentio, -onis) Réclamation de l'exercice d'un droit sur quelque chose : Un prince qui maintenait ses prétentions au trône. Fait de se prévaloir plus ou moins présomptueusement d'un avantage : Elle a une certaine prétention à l'élégance. Attitude de quelqu'un fondée sur une opinion trop avantageuse qu'il a de lui-même : Il a répondu sur un ton plein de prétention. Ce qui, dans quelque chose, reflète la volonté d'en imposer, de montrer une certaine supériorité : Un ameublement plein de prétention.prétention (citations) nom féminin (latin médiéval praetentio, -onis) Francis Ponge Montpellier 1899-Le Bar-sur-Loup 1988 L'amour-propre et la prétention sont les premières vertus. À leurs limites, se définit la personne. Le Grand Recueil, Entretien avec Breton et Reverdy Gallimardprétention (expressions) nom féminin (latin médiéval praetentio, -onis) Avoir la prétention de, pouvoir se flatter de ; prétendre. Sans prétention, qui est simple, modeste. ● prétention (synonymes) nom féminin (latin médiéval praetentio, -onis) Réclamation de l'exercice d'un droit sur quelque chose
Synonymes :
Attitude de quelqu'un fondée sur une opinion trop avantageuse qu'il...
Synonymes :
- fatuité
- outrecuidance (littéraire)
- présomption
- vanité
Contraires :
- humilité
- simplicité

prétention
n. f.
d1./d Droit que l'on a, ou que l'on croit avoir, d'aspirer à une chose; exigence. Rabattre de ses prétentions.
|| Visée, espérance. Sa prétention à l'élégance est vraiment ridicule.
d2./d Fait d'être prétentieux; présomption, suffisance.

⇒PRÉTENTION, subst. fém.
Action de prétendre; résultat de cette action.
A. —Gén. au plur. Volonté nettement déclarée d'obtenir telle chose comme un dû, revendication d'un droit réel ou supposé, d'un privilège jugé mérité. Synon. exigence, réclamation. Prétention injuste, injustifiée; émettre la prétention de + inf. Le ciel obéit donc aux volontés du prêtre, et le prêtre à son ambition (...). Jugeons par-là de l'étendue de ses prétentions et de l'empire qu'il s'arroge ici-bas. Aussi était-ce le prêtre qui posait la couronne sur la tête des rois (DUPUIS, Orig. cultes, 1796, p.538). Chaque député ministériel élève sa prétention et présente sa requête (...). L'orateur le plus obscur se croit en droit d'exiger l'insertion littérale et intégrale de ses élucubrations de tribune (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p.125). Ne sont-ils [les syndicats] pas «un ensemble d'individus» qui, sur l'impulsion d'un «intérêt commun», expriment des revendications, émettent des prétentions (REYNAUD, Syndic. en Fr., 1963, p.14).
Vx. Prétention(s) à qqc., sur qqc./qqn. (Avoir des) prétentions à la couronne, à un héritage, sur des biens. Sophie dut renoncer à toutes ses prétentions sur la Thuringe qui resta en toute propriété à la maison de Misnie (MONTALEMBERT, Ste Élisabeth, 1836, p.331). Le duc d'Anjou, qui était le frère du roi, avait des vues sur les Pays-Bas et des prétentions à la main d'Élisabeth d'Angleterre (HUGO, Rhin, 1842, p.27). Un autre est venu qui l'a épousée. M. de Nièvres n'a donc pris que ce qui n'était à personne: aussi n'as-tu jamais protesté (...). Après avoir décliné toute prétention sur Madeleine comme mari, voudrais-tu, peux-tu y prétendre autrement? (FROMENTIN, Dominique, 1863, p.144).
Sans prétentions. Qui ne réclame aucun droit ni avantage. Une favorite humble et naïve, sans ambition, sans faste, sans prétentions et ne se mêlant de rien (GENLIS, Chev. Cygne, t.2, 1795, p.288).
En partic. Exigences en matière financière, numérique. Synon. conditions. Prétentions exagérées, exorbitantes; élever, rabattre ses prétentions. C'était sa part, dix mille francs, qu'il exigeait. (...) comme Pierre impatienté parlait de les jeter tous les deux à la porte, Antoine abaissa ses prétentions et (...) ne réclama plus que mille francs (ZOLA, Fortune Rougon, 1871, p.119). P. anal. On est venu me demander ce que j'augurais de la vie et ce que je croyais qu'elle serait dans cinquante ans. Comme je haussais les épaules, le questionneur diminua ses prétentions; il abaissa ses prix et il me dit: «Et dans vingt ans, où en serons-nous?» (VALÉRY, Variété III, 1936, p.228).
B. —Gén. au plur., parfois avec une nuance péj., iron.
1. Volonté marquée de parvenir à tel but, aspiration délibérée à telle qualité (parfois hors d'atteinte). Synon. désir, dessein, espérance, intention, souhait. Prétentions ridicules; être plein de prétentions. Pour atteindre son but, que n'a point tenté l'Angleterre! jusqu'où n'a-t-elle pas poussé la rapacité de ses espérances et le délire de ses prétentions! (L. BLANC, Organ. trav., 1845, p.69). Ce n'était point un financier désagréable que l'intendant de Montauban, malgré ses prétentions de connaisseur et ses ambitions de Mécène (NOLHAC, Fragonard, 1931, p.199). C'est la prétention de Proust dans ses romans; il entend n'avoir jamais songé à y peindre (...) les êtres en soi, mais exclusivement sa sensibilité à propos d'eux (BENDA, Fr. byz., 1945, p.202).
Expr. et loc.
(Femme, homme, etc.) à prétention(s). (Femme/homme, etc.) qui vise à se distinguer dans un domaine, notamment en société. Sa conduite à Nancy était d'un fat, sa lettre était d'un enfant. (...) cette lettre n'était pas d'un homme à prétentions (...) il y avait dans cette lettre une simplicité charmante, au lieu de l'affectation et de la fatuité plus ou moins déguisée d'un homme à la mode (STENDHAL, L. Leuwen, t.2, 1835, p.30). Les femmes galantes à grandes prétentions, grandes liseuses de romans, se font appeler volontiers Miss Douglas, Miss Montague, etc. (BAUDEL., Paradis artif., 1860, p.406). P. anal. [À propos d'un édifice] De petits cafés à prétention, un boulevard goudronné, des arbres qui sont devenus des fonctionnaires municipaux (GIONO, Manosque, 1930, p.93).
Prétention(s) + adj. déterm. indicateur de domaine. Prétentions idéologiques, politiques, scientifiques. Il s'excuse en disant que (...) dans mon roman, il y a des prétentions littéraires. Or un auteur qui a un idéal d'art élevé, (...) quand même il ne réussirait pas, est-ce une raison pour tuer son oeuvre? (GONCOURT, Journal, 1886, p.614). Je me méfie des métaphores à prétentions philosophiques. Que les métaphores restent des métaphores, et ne cherchent pas à passer pour des raisons (MONTHERL., Démon bien, 1937, p.1333). V. bourgeois ex. 23.
Prétention(s) à + subst. Prétentions à l'esprit, à la profondeur. Rousseau, (...) vous eûtes toujours de grandes prétentions à la morale, et vous vouliez décider les duchesses en falbalas à nourrir elles-mêmes leurs enfants (COPPÉE, Bonne souffr., 1898, p.130). P. anal. [À propos d'une oeuvre hum.] La chaise, d'un style rococo, avait eu jadis des prétentions à l'élégance (ARLAND, Ordre, 1929, p.121).
Prétention(s) à + inf. Il faut laisser là toutes ces prétentions du médecin à être un artiste (...). Le médecin ne doit aspirer qu'à devenir un savant (Cl. BERNARD, Princ. méd. exp., 1878, p.50). P. anal. [À propos d'une oeuvre hum.] Ma carriole qui a des prétentions à être une calèche (DU CAMP, Hollande, 1859, p.77).
Prétention de + inf. (Afficher/avoir, etc.) la prétention de connaître, donner, faire, imposer, vouloir. Qu'a de commun la gloire avec la petite ambition de la foule, avec cette misérable prétention de se croire quelque chose parce qu'on s'agite? (KRÜDENER, Valérie, 1803, p.174). Je n'ai pas la prétention de devenir un saint; tout ce que je désire, c'est atteindre l'état intermédiaire entre le bondieusardisme et la sainteté (HUYSMANS, En route, t.1, 1895, p.172).
Avoir des prétentions. S'arroger les qualités nécessaires pour pouvoir espérer réussir en société, briller dans tel domaine. Elle jugeait de tout avec assurance. (...) elle formulait des arrêts et des veto absolus. Inutile d'essayer de la convaincre: elle avait des prétentions et des susceptibilités pour tout (ROLLAND, J.-Chr., Adolesc., 1905, p.333).
2. En partic., domaine des relations amoureuses, vx. Désir de plaire, d'être agréé(e) comme amant(e), considéré(e) comme capable de séduire (généralement hors de proportion avec les possibilités réelles). Les hommes continuèrent à voir Ellénore (...) sa légèreté récente leur avait rendu des prétentions qu'ils ne cherchaient pas à lui déguiser (CONSTANT, Adolphe, 1816, p.48). Une femme dont la toilette annonçait des prétentions auxquelles ne répondaient ni son âge ni sa figure (KARR, Sous tilleuls, 1832, p.111).
Avoir (encore) des prétentions. Espérer (encore) séduire. Elle était telle que pouvait la désirer une mère de trente-huit ans qui, belle encore, avait encore des prétentions (BALZAC, E. Grandet, 1834, p.234).
C.Au sing., péj.
1. Trait de caractère qui porte à se flatter de qualités exagérées, à être excessivement satisfait de soi-même et à afficher des airs supérieurs. Synon. arrogance, crânerie, fatuité, infatuation, orgueil, outrecuidance, pose, présomption, vanterie; anton. humilité, modestie, renoncement. Sotte prétention. La prétention avoisine la bêtise et (...) la simplicité a un goût un peu caché mais agréable (PROUST, Temps retr., 1922, p.740). La comique prétention avec laquelle l'auteur affecte une distinction qu'il ne possède pas (MAUROIS, Disraëli, 1927, p.43). L'hypertrophie du moi se présente à tous les degrés et sous toutes les nuances, de la grosse vanité naïve à la suffisance discrète, de la morgue à la prétention banale (MOUNIER, Traité caract., 1946, p.549).
Sans prétention. Qui ne cherche pas à se distinguer, à se faire passer pour ce qu'il n'est pas. Synon. discret, humble, modeste, réservé, simple. V. aimable ex. 24.
2. P. méton.
a) [À propos d'une oeuvre hum.] Excessive recherche dans les moyens d'expression. Synon. emphase, maniérisme; anton. dépouillement. Point de prétention ni d'enflure; une mélodie soutenue, des idées voluptueuses et de fraîches couleurs. La langue de Marot est retrouvée (SAINTE-BEUVE, Tabl. poés. fr., 1828, p.72). Prétention et gaucherie, avec une certaine suavité de détails qui ont du charme, malgré ou à cause de leur affectation, voilà, je crois, ce qui en restera [d'Ingres] (DELACROIX, Journal, 1854, p.182).
b) Gén. au plur. Personne ou chose qui manifeste de la prétention. Quel champ d'observations qu'un lieu où se rassemblent tous les ridicules, toutes les prétentions et tous les amours-propres! (JOUY, Hermite, t.3, 1813, p.230). Les femmes, de vieilles prétentions, fanées, fardées, maniérées, sentencieuses (A. DAUDET, Pt Chose, 1868, p.292). V. faute ex. 8.
Rem. Dans qq. textes, prétention prend des valeurs qui se rattachent au sens II de prétendre et tend à signifier «affirmation catégorique, abusive»: [M. Hugo] assure (...) que ses vers sont un pilori, (...) que ceux qu'il marque sont marqués à jamais. C'est une prétention de poète (VEUILLOT, Odeurs de Paris, 1866, p.220). Touchant son habit, il dit: —Tiens, c'est à moi! Christophe ne comprenait pas. Indigné de cette prétention que son habit fût à un autre, il secoua la tête avec énergie, pour nier (ROLLAND, J.-Chr., Aube, 1904, p.35). On leur offre seulement cette philosophie multiple (...) qui affirme exister universellement (...). Mais cette affirmation, cette prétention sont complètement vides (NIZAN, Chiens garde, 1932, p.150).
Prononc. et Orth.:[]. Ac. 1694, 1718: pre-; dep. 1740: pré-. Étymol. et Hist. 1. 1489, 27 mars «droit que l'on a ou que l'on croit avoir, de prétendre, d'aspirer à quelque chose» (ds G. ESPINAS, Orig. du droit d'assoc. dans les villes de l'Artois et de la Flandre, Lille, t.2, 1941, p.474, 16); 1671 plur. «visées, intentions» (POMEY); av. 1679 id. «exigences» (RETZ, Mém., 2e part. ds OEuvres, éd. M.-Th. Hipp et M. Pernot, p.630); 2. a) av. 1747 id. spéc. «visées au talent, à la considération» (VAUVENARGUES, Réflexions et maximes ds OEuvres, éd. H. Bonnier, t.2, p.410); 1835 sing. il n'a aucune prétention (Ac.); b) 1828 sing. «emphase, enflure (d'un texte)» (SAINTE-BEUVE, loc. cit.). Dér. de praetentus, part. passé du verbe lat. praetendere (v. prétendre) d'apr. les subst. lat. dér. de verbes en -, du type contendere, contentio; dicere, dictio; mittere, missio...; cf. le lat. médiév. pretentio «contestation» (999, Pavie; 1101, Narbonne ds NIERM.). Fréq. abs. littér.:1974. Fréq. rel. littér.:XIXes.: a) 3887; b) 2540; XXes.: a) 2381, b) 2284. Bbg. GOHIN 1903, p.299.

prétention [pʀetɑ̃sjɔ̃] n. f.
ÉTYM. 1489; du lat. prætantus, p. p. de prætendere. → Prétendre.
1 Le fait de revendiquer, de prétendre (1.) qqch., en vertu d'un droit que l'on affirme, d'un privilège que l'on réclame. Exigence, revendication. || Prétention légitime (cit. 9); soutenable; prétentions mal fondées; exagérées, inadmissible || Prétention sur un héritage, à un domaine. || « Les justes prétentions qu'elles ont sur nos cœurs » (→ Constance, cit. 6). || Démordre (cit. 2), rabattre de ses prétentions (→ Caler la voile, vx; mettre une sourdine; déchanter…). || Contredire les prétentions de qqn.
1 Toute guerre naît d'une prétention commune à la même propriété. L'homme civilisé a une prétention commune, avec l'homme civilisé, à la possession d'un champ dont ils occupent les deux extrémités; et ce champ devient un sujet de dispute entre eux.
Diderot, Suppl. au voyage de Bougainville, p. 997.
(V. 1673, Retz). Spécialt. Exigence dans un contrat, un marché. Condition. || Rivalité des prétentions (d'héritiers). Concours, concurrence. || Les parties portent leurs prétentions à la connaissance du tribunal. Conclusion.
2 Elle s'en alla, indignée. — Quatre francs ! Aussitôt rentrée, elle appela Rose et lui dit les prétentions du puisatier.
Maupassant, les Contes de la Bécasse, « Pierrot ».
Vx. « L'espérance de gagner le cœur d'une femme » (Littré).
2 Prétention à…, de… (et inf.). Le fait de revendiquer pour soi (une qualité, un avantage intellectuel, moral); le fait de se flatter d'obtenir (un résultat). Prétendre (2. et 3.). || Prétention à l'élégance, au dandysme. Ambition (→ Fastueux, cit. 5; hôtel, cit. 5).La prétention de ne jamais être dans son tort (→ Ankylose, cit. 2), de vouloir être aimé exclusivement (cit. 4), de séduire (→ Franchir, cit. 9). — ☑ Loc. (1835). Avoir la prétention de… Piquer (se); présumer. || Tu n'as pas la prétention de m'apprendre mon métier ?(Sans compl. prép.). || Prétentions éducatrices (→ Cendre, cit. 6), nobiliaires (→ Marquisat, cit.)… || Afficher des prétentions excessives, ridicules. Prétentieux (et → ci-dessous, 3.). || Les prétentions et les projets. Désir, dessein, espérance, visée. || L'immensité (cit. 13) de sa prétention (de romancier). — ☑ Loc. (1772). Un homme à prétentions.
3 Les hommes ont de grandes prétentions et de petits projets.
Vauvenargues, Réflexions et maximes, 89.
4 (…) toutes (les femmes) ayant des prétentions à la finesse, aucune ne veut perdre l'occasion d'en montrer.
Laclos, les Liaisons dangereuses, LXXVI.
5 Les prétentions sont une source de peines, et l'époque du bonheur de la vie commence au moment où elles finissent. Une femme est-elle encore jolie au moment où sa beauté baisse, ses prétentions la rendent ou ridicule ou malheureuse : dix ans après, plus laide et plus vieille, elle est calme et tranquille.
Chamfort, Maximes, « Sur l'homme et la société », XLVIII.
6 Voilà la vie ! la vie telle qu'elle est : de grandes prétentions, de petites réalités.
Balzac, le Lys dans la vallée, Pl., t. VIII, p. 1016.
7 Cela ne manque pas de style, ou plutôt d'une certaine prétention au style.
Baudelaire, Curiosités esthétiques, I, IV.
Loc. (1754). Sans prétention(s), sans aucune prétention, se dit d'une personne modeste. Apprêt (sans). → Bonnement, cit. 3. — (En parlant de choses). || Une maison coquette, mais sans prétention. Simple.Opposé à prétentieux.
3 (V. 1747). Estime trop grande de soi-même qui pousse à des ambitions, à des visées excessives. Arrogance, crânerie, fatuité, orgueil, pose, présomption, vanité. || Sa prétention le conduit à se vanter. || Accuser qqn de prétention (→ Néologisme, cit. 1). || S'exprimer, parler, écrire avec prétention. Prétentieusement; affectation, bouffissure, emphase. || Avoir un air de prétention insupportable. Afficher (s'); embarras. || Un homme doux, sans prétention, modeste… (→ Ordinaire, cit. 8).
8 Ce jeune vidame était un nigaud de la pire sorte; il ajoutait la prétention à la sottise et je vis très bien ce dont je bénéficiais dans son esprit : c'était d'avoir été aperçu à Nice, qui est à ses yeux le point géométrique du beau monde et de la fashion.
Émile Henriot, le Diable à l'hôtel, X.
CONTR. Modestie, simplicité.
DÉR. Prétentieux, prétentionnisme.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • pretention — Pretention. s. f. Action de pretendre, d aspirer à une chose. Il a reüssi dans sa pretention, dans ses pretentions. venir à bout de ses pretentions. j ay renoncé à cette pretention. pretention juste, legitime, temeraire, extravagante …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Pretention — (fr., spr. Pretangsiong), so v.w. Prätension …   Pierer's Universal-Lexikon

  • pretention — index disregard (omission) Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • PRÉTENTION — s. f. Droit que l on a, ou que l on croit avoir, de prétendre, d aspirer à une chose ; espérance, dessein, vue. Il a réussi dans sa prétention, dans ses prétentions. Venir à bout de ses prétentions. J ai renoncé à cette prétention. Prétention… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • PRÉTENTION — n. f. Droit que l’on a, ou que l’on croit avoir, de prétendre, d’aspirer à une chose; espérance, dessein, vue. J’ai renoncé à cette prétention. Prétention juste, légitime, téméraire, extravagante. Sa prétention n’est pas fondée. Il ne sait pas… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • prétention — (pré tan sion ; en vers, de quatre syllabes) s. f. 1°   Droit qu on croit avoir sur une chose. •   Cessez, princes et potentats, de troubler par vos prétentions le projet de ce mariage [de Louis XIV et de Marie Thérèse], BOSSUET Mar. Thér.. •   L …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • pretention — noun see pretension I * * * pretention obs. form of pretension …   Useful english dictionary

  • pretention — pre·ten·tion …   English syllables

  • pretention —  Претеритация …   Вестминстерский словарь теологических терминов

  • pretention — s ( en, er) krav, anspråk, anspråksfullhet …   Clue 9 Svensk Ordbok


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.